dimanche 26 mars 2017

Nouveau Chapitre



Le wek-end dernier, celui du 18,19 mars, nous étions à Saumur, dans le magnifique cadre de l’école de cavalerie. Pour participer au premier concours de la saison. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet... Permettez moi de vous présenter ce lieu témoins de notre passé.





Petite histoire au sujet de ce lieu…



C’est une ancienne école d’application de l’armée blindée et cavalerie, qui est maintenant un établissement de formation de l’armée de terre française, qui est donc situé à Saumur. 
Sa mission actuelle est d’instruire tous les cadres (officiers et sous-officiers) des blindés de l’armée de terre. 

La caserne voit le jour en 1763. Louis XV veut réorganiser la cavalerie française par l’intermédiaire du Duc de Choiseul. Ce dernier veut créer plusieurs écoles de cavaleries, dont une brigade du Royal Carabinier à Angers. 

L’évêque d’Angers n’est pas favorable de l’arrivée de la brigade et l’envoi donc à Saumur, pensant pénaliser la ville protestante. 

Des 1771, elle devient le seul centre d’instructions des cavaliers militaires et fonctionnera jusqu’en 1788. 

Au fil du temps, la caserne perd en activité et deviendra sous Charles X l’école impériale de cavalerie de Saumur. 

En 1830, après la disparition de l’école de Versailles, Saumur devient la seule école détenant la tradition équestre française. Suivi plus tard par le cadre noir, formation dédiée au dressage équestre, Saumur est reconnu dans le monde entier pour son excellence dans l’art de l’équitation.

 Du 18 au 20 juin 1940, l’école de cavalerie avec l’ensemble de ses cadres et de ses élèves, sous les ordres du colonel Michon assure sur le secteur la résistance à l’invasion allemande. Puis finira par se dissoudre lors de l’invasion de la zone libre en 1942. C’est à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, que la cavalerie et les chars fusionnent pour donner naissance à l’arme blindée et cavalerie. De cette époque, on garde les somptueux bâtiments en pierre blanche témoins de notre passé.

 Et si en passant devant un des anciens manèges d’entraînement de la cavalerie, levez les yeux et vous pourrez encore admirer les balcons en fer forgé… 




Je referme cette parenthèse d’histoire et revenons au concours





 Ce n’est pas la première fois avec les écuries que nous venons ici, le cadre est merveilleux, on est toujours très bien accueilli, si on oublie le vent froid, on passe de très bon week-end. Alors je ne pouvais pas choisir mieux pour un premier week-end de concours avec Coco Mamzel. Ses premiers vrais tours de sa vie. Et elle a était, mais tellement fantastique.

L’objectif de cette première année est de finir nos tours, d’apprendre à baby la constance et de lui donner envie de sauter. Sage, je la prépare avec pleins de questions en tête, mais j’essaye de garder les pieds sur terre. Et c’est sereine que je me mets en selle. Coco est dynamique mais calme dans sa tête malgré tout. Intriguée par les pompiers venus pour une cavalière, elle se met rapidement dans le travail. Je la marche beaucoup, trotte, mais ne galope pas tout de suite, je sais qu’à la maison galoper lui monte à la tête et ce n’est pas le but. Après la reconnaissance, les choses sérieuses commencent. Et effectivement, ce n’est pas la zenititude. Rien d’horrible, mais elle me tire vers l’avant et j’ai beau me redresser, agir, j’ai l’impression que rien ne fait. On saute peu, mais elle est tellement à l’aise que ce n’est pas grave. Je pars sur le tour et là, je suis dans ma bulle avec ma jument. Mot d’ordre du coach « tu gères juste, il ne faut pas aller à fond de train, mais je veux qu’elle soit un certain rythme pour éviter les refus et surtout, tu ne mets pas la main !» Et je suis d’accord. Et oui, c’est un peu rapide, mais je gère. J’essaye de ne pas trop agir, juste me redresser fortement, mais elle ne revient pas, mais pas un broc. On sort avec une barre des postérieurs en sortie de ligne. Je suis happy, elle était droite comme un « i ». Ne regarde rien du tout, elle y va avec plaisir. Coach est content, malgré le rythme un peu rapide, mais j’ai fait ce qu’il m’avait demandé et on sait ce qu’il faut faire le lendemain. 



C’est reparti ! Changement par rapport à hier, le mort. Finis, le mors « bébé » en caoutchouc. Et à la détente, je sens déjà la différence. Quand elle tente de me tirer vers le bas, j’ai juste à fermer les doigts pour qu’elle revienne à sa place. Ouff ! Sur la reconnaissance, Coach me dit qu’il faut que je la ralentisse dans les courbes. On sait maintenant qu’elle ne s’arrête pas, qu’elle saute sans se poser de question. Donc je peux agir plus, ne pas lui arracher trois dents, mais la canaliser, oser et faire confiance à mon instinct et ressenti. Et c’est un tour rempli de plaisir… Nous sortons sans faute, je suis heureuse et tout le monde des écuries l’est également. 


Comme je suis contente de voir que tout le travail abouti à de bons résultats. Touts ces entraînements ont servi et porte leurs fruits. Ma jument a une grande place dans ma vie, j’ai trimé pour la payer, je trime et trimerai encore pour la travailler, me levant dé fois aux aurores pour la monter, c’est un véritable investissement. Une histoire d’une vie… C’est mon amour de jument et j’ai hâte de découvrir ce que l’avenir nous réserve ! Et peut être que nous serons qualifié pour la final des jeunes chevaux à Fontainebleau.


Promis, je vous écrirai la suite de l’histoire.
Avez-vous déjà vécu une histoire, un investissement qui, quand on a des résultats, nous font bondir de joie ? Surement avec vos blogs… Hâte de lire vos histoires 


Merci à Amandine, amie cavalière, pour les photos


4 commentaires:

  1. On vit avec toi ta course comme c'est bien raconté. Bonne chance à toi et ta jument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais un peu peur d'être barbante mais du coup non ^^
      Merci pour ton retour, des bisous :D

      Supprimer
  2. Coucou !
    Je suis trop contente que tu ai enfin des résultats avec ta jument. Je sais à quel point c'est dur d'éduquer un jeun cheval mais tu as réussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ce n'est pas encore gagné à 100% avec cette jument sur ressort ;) Mais je tiens e bon bout, et merci pour tout ^^
      des bisous :D

      Supprimer