dimanche 11 décembre 2016

Une journée forte en sensation




Oh lala aujourd'hui, au moment où sort ce billet d'humeur, si la planification a fonctionné, je suis au
Grand Noel du Puy du Fou. C'est le première fois que j'y vais, j'avais vraiment hâte et promis, ma journée sera le sujet d'un article.

Le parc du Puy du Fou est un endroit qui... M’envoûte ? Me transporte dans un autre temps ? En faite, je ne sais pas pourquoi j'aime tant cette endroit. Chaque année depuis mes 8 ans, je tanne mes parents pour m'emmener la bas, d'ailleurs j'ai un article photo d'une de mes visites ^^ Je vous raconte même pas quand j'ai découvert que travaillant au Futuroscope, mon entrée est gratuite !

Bref... Depuis toutes petites, et encore à bientôt 23 ans, je re découvre les spectacles avec des étoiles dans les yeux, mêmes pour certains des larmes. Et je lançais à la cantonade qu'un jour moi aussi j'y serais !
Ecrire cette article maintenant est peut être du au hasard mais à quelques jours près, ça va faire un an que je suis allée passer les castings.

A la fin de ma saison au Futuroscope, précisément après les vacances de la Toussaint, je n'étais plus bien la bas. Affecté à un poste, de jours en jours je perdais la motivation et mon envie d'aller travailler. C'est long et compliqué d'expliquer le contexte. J'avais demandé ce poste mais chose que je n'avais pas prévu... Je n'étais plus bien à ma place. J'ai eu aussi besoin de montrer que j'étais douée à autre chose et surtout que je n'étais pas attachée à un endroit. Je ne suis plus bien, je n'aime pas ce que je fais alors je ne râle pas pendant trois siècle, je trouve autre chose !
Donc j'envoi ma candidature au Puy du Fou, sans vraiment trop d'espoir, il y a tellement de monde qui postule, pourquoi moi ? Et pourtant ! J'ai reçu un mail positif m'invitant à passer les castings pour jouer dans les spectacles. Oh My God !

La vieille des castings arrive, je pars seule, le coeur battant au Herbiers. J'habite à 2 heures du parc, j'ai voulu jouer la sécurité ^^.
Je récupère ma chambre, m'installe. J'étais partagée entre l’excitation et le stress... Je ne savais que le minimum sur la journée qui m'attendait, qu'il y allait avoir des tests et que je devrais porter une tenue confortable. La tête remplit de questions je suis allée me coucher.

Le lendemain, la boule au ventre, je n'ai rien pu avaler ! Je n'avais jamais eu autant de stress ! Tellement, que j'ai même eu l'idée de ne pas y aller... Nan mais la blague !
Je prends la route, il faisait frais dehors. La bas, on avait rendez vous dans une salle à côté du château de la Renaissance. Je marche avec une jeune fille, qui n'ai pas beaucoup plus sereine que moi. On discute, regarde avec enthousiaste le début des installations pour Noel. On s'installe avec les personnes déjà arrivés, on échange, on sympathise. On est tous dans la même barque après tout.

On nous souhaite la bienvenue autour d'un petit déjeuner, je bois difficilement mon verre de jus d'orange. Ma grande calme toi tu vas péter une durite ! La journée va se dérouler en 3 étapes. On est 45, réparti en 3 groupes (l'un que de filles, le deuxième mixte où je suis, et le troisième que de gars) nous passerons des épreuves. Certains partirons avant le déjeuner... L'après midi nous passerons des tests complémentaires pour enfin avoir un entretien avec le DRH.
Je ne sais plus combien de temps à durer les épreuves du groupe des filles, avec l'appréhension j'ai cru que c'était une éternité ! C'est à mon groupe... J'entre avec les autres dans la salle et là je me glace... L'idée de ne pas y aller me re saute à l'esprit. Dans le fond de la salle, tous en ligne, assis derrière une grande table, tout les dirigeants, responsables des spectacles. Toutes ces personnes que j'avais vu lors d'interview et reportages télé. Mon numéro est le 17 donc je suis en première ligne. Rapidement l'idée que nous sommes déjà évalués arrive dans ma tête. Je rassemble mon courage et ma détermination, montre ce que tu sais faire ma grande !

Première épreuve, cardio. Au programme, pompes, gainages, flexions... J'ai chaud mais je m'accroche pour ne pas lâcher le rythme. Mon dieu j'aurais du manger. A la fin de cette torture, on nous ré explique bien qu'ils ne recherchent pas un "talent" mais "une image", "une personnalité" qui correspond à leurs personnages.
Pas le temps de récupérer, deuxième épreuve. Nous devons effectuer des mouvements de gym, roulade, roue, roulade arrière... J'ai la tête qui tourne, on nous demande d'aller plus vite, j'ai des fourmis devant les yeux, on nous pousse encore plus. J'aurais vraiment du manger, mais je puisse dans mes plus profondes ressources et j'ai une pensé pour les personnes qui sont ici et qui n'ont pas l'habitude faire du sport...
Troisième épreuve, l'escrime ancienne. Kesako ? Faire des mouvements d'escrimes avec un bâton. Avec du recul je n'ai pas été très convaincante ^^ Je faisais sans vraiment trop y croire. Et que c'est dur de se concentrer quand on se sent observer.
Quatrième épreuve, la danse. La responsable de la danse nous apprend une chorégraphie. Pas compliqué mais nous devons danser sur du Christina of the queen. Je fais grave la moue, je déteste cette chanteuse. Mais je m'applique à rester dans le rythme. Recherchant mes 15 ans de danse, attention aux appuies, à tes bras, redresse toi !
Cinquième épreuve, le théâtre. C'est la dernière, je dois tout donner. Je me sens mieux, je me suis presque même calmée. Cette épreuve va se passer en 2 parties. Nous avons d'abord prit un bâton et clamer "Alderique vois y ton épée. Sois preux toujours chevalier". J'ai la voix du chef du village qui tourne dans ma tête, son intonation. Que dois je faire ? Me rapprocher de la réalité ou le faire à ma sauce... Mon tour arrive, j'avance d'un pas décidé, je suis le chef du village, je m'arrête à un mètres de la table, en face de moi Nicolas de Villiers. Mais je ne le vois pas réellement, je suis le chef de village, je suis à l'adoubement. Je récite le texte. Puis ensemble nous devons jouer différentes émotions : la peur, la tristesse, la joie, la colère. Je me souviens avoir hurlé pleins de gros mots à la colère. Et qu'est ce que je me suis sentie bien après ahah.

On nous remercie et nous devons encore attendre dans la salle de rassemblement. Qui c'est déjà pas mal vidée... Rapidement on vient me voir, je reste. Ces mots ont explosé à mes oreilles. Je reste pour passer des testes complémentaires en théâtre. Théâtre ?! La c'est une surprise. Mais ok. A la fin de la matinée nous ne sommes plus que 20. La c'est du ménage.

Nous profitons du repas pour faire plus ample connaissance. Et les tests reprennent vite. Nous sommes 6 dans mon groupe. On nous donne deux textes. Je les connais, ils sont dans la Renaissance du Château. Je choisis celui de Diane, dans la chambre de tableau. Mais je me demande ce que je fais parmis eux, certains ont deja été figurants dans des films, comédiens dans des troupes, humoristes, adepte de duel d'improvisation. Et toi tu fais quoi? Heu j'ai fais juste du théâtre durant mes années collèges et ma seconde avec des profs de français des établissements... Mais je ne me démonte pas ! Si je suis la ce n'est pas pour rien. Je rentre dans la salle et m'avance jusqu'aux responsables du théâtre. J'ai le droits de tout utiliser dans la salle. Je m'assoies comme c'est écrit dans le texte. Je dois taper sur une table du poing et me lever. Pas de table près de moi, je tape du pied et je suis Diane racontant l'histoire de sa famille. Je donne le ton, met les formes. Ils ont l'air content. Ils me donnent mon sujet d'impro, commercial dans la chaise. Je commence normal et à un moment je dérape, je parts dans la folie. Ils rient, m'invitent du regard à continuer à encore partir plus loin dans mon délire. Mon cerveau fuse à trente six milles à l'heure. Ils finissent par m'arrêter. Et pour finir, entretien. Je reste moi même, je sens le stress partir petit à petit, je suis fier de ce que j'ai fais.

Le deuxième entretien avec le DRH se passe vraiment bien. Il m'est à l'aise, je me sens bien, je reste moi même, souriante et confiante.

Quand je repars il est 19h. Je ne sais pas si j'aurais une réponse positive, n'y même si j'accepterai, mais je suis remplit de joie, de fierté, d'avoir eu le courage de le faire et d'y aller jusqu'au bout. Je suis heureuse d'avoir vu des endroits qu'il est pas possible aux touristes de voir, d'avoir rencontrer des gens humains, chaleureux. Et quand je téléphone à mes parents j'entends dans leurs voix cette fierté que j'avais espéré quelques années plutôt.

Fin janvier, j'ai une réponse, un contrat de comédienne d'avril à septembre. Mais je décline leur offre. Le Futuroscope, quelques jours avant a appelé et me propose un contrat de février à novembre à une affectation qui me faisait rêver. Un long contrat, à un poste qui ne donne pas à n'importe qui, je rêve... Et très vite le côté financier se plante devant moi. Au Puy du Fou je dois prendre un loyer, la durée de contrat est plus court alors qu'au Fu' je peux être chez mes parents, je n'ai pas un sous de côté car je viens de finir de payer ma jument. Je ne me sens pas prête à tout laisser et partir à l'aventure sans un sous de côté. De plus avec le recul, j'ai pris conscience qu'il me manquait une certaine maturité pour un tel défis. Donc je choisi la raison au coeur. Choix que je ne regrette pas, j'ai pu passer une merveilleuse année avec ma jument, et une bonne saison au Fu'.
Je suis tellement fier d'avoir fait ce que j'ai fait, d'avoir prouvé que j'étais douée à quelque chose, et puis le Puy du Fou n'est pas fermé demain ^^ Et cette fois je saurais à quoi m'attendre :)

J'ai vraiment apprécié vous partager ce souvenir ici
Avez vous déjà tenté quelque chose de fou ?
J'espère que ce n'était pas trop long :)
Des bisous à tout le monde


2 commentaires:

  1. Ca avait l'air top ! Je trouve ça bien ce genre d'article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, oui c'était exceptionnel comme expérience ^^ Je suis ravie que cela te plaise :D

      Supprimer